WORKSHOP : KIMON'OLD

1.png
2.png

Le textile étant le deuxième polluant mondial juste après le pétrole, il est important aujourd'hui de re considérer son rapport au vêtement.

Le surcyclage ça te dit ? l'upcycling en anglais, c'est redonner vie à un vieil objet afin de réduire sa consommation due aux déchets.

 

Le dimanche 1 mars été organisé un workshop pour échanger sur ce problème de consommation et les solutions de recyclage.

C'était l'occasion avec Nyms de confectionner son propre kimono même ne sachant pas coudre à partir de vêtements qui dormaient dans l'armoire.

L’upcycling : vers un nouvelle mode éthique à Lille

 

« L’upcycling c’est un nouveau mode de pensée » lance Nyms de sa voix enjouée aux six participantes de l’atelier « Kimon’Old ». Ce dimanche 1er mars, son grand appartement de Bois-Blanc est aménagé pour l’occasion en salon de couture. Sur des tables contre le mur, trois machines à coudre trônent fièrement. De l’autre côté de la pièce, sur un portant, sont accrochés la trentaine de kimonos réalisée par Nyms pour ses ateliers ou sa boutique en ligne. Ils servent aujourd’hui de modèles. La jeune étudiante en ingénierie continue sa présentation  sur l’upcycling, ou surcyclage en français. « Je ne sais pas si vous connaissez la citation ‘Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme’ de Lavoisier. C’est vraiment ça le cœur de l’upcycling ». Cette démarche éthique a pour but de transformer des déchets en produits de valeur. Les six apprenties coutières sont venues avec un vieux vêtement et vont repartir avec un nouveau kimono cousu par leur soin.  Kenza, l’une des participantes, est conquise par le principe.

« On réutilise mais en  mieux ! » 

 

L’upcycling permet de limiter la pollution de l’industrie du textile, la plus néfaste après le pétrole. Cette démarche réduit les émissions de gaz à effets de serre, la consommation d’eau, la destruction des stocks d’invendus et l’utilisation de produits chimiques sur des vêtements. Cette technique remonte aux années 1990, mais « c’est seulement aujourd’hui qu’on accepte de porter du recyclé. Avant c’était impensable » explique Nyms. Les participantes de l’atelier témoignent de cet engouement nouveau. «On a l’impression de faire quelque chose qui, en plus d’avoir un sens pour nous au niveau sentimental avec l’habit réutilisé, a un sens humain» s’enthousiasme Zahariya. Le seul inconvénient de l’upcycling pour Nyms ? « Beaucoup de marque font des modèles très chers. Donc c’est du recyclage mais ce n’est pas abordable ». Problème résolu à ‘Elle est si’ une boutique de Lille Sud qui propose des créations à petits prix. 

Extrait d'article de Tiphaine Counali 

(pour découvrir son site, clique ici)